dimanche 27 juillet 2008

Prière : Notre Dame du "oui".

Notre Dame qui par votre "OUI" avez changé la face du monde, prenez en pitié ceux qui veulent se dire "OUI" pour toujours.
Vous savez à quel prix ce mot s'achète et se tient, obtenez-nous de ne pas reculer devant ce qu'il exige de nous.
Apprenez-nous à le dire comme vous dans l'humilité, la pureté, la simplicité et l'abandon à la volonté du Père.
Demandez à votre divin Fils, que les "OUI" que nous dirons après celui-là, tout au long de notre vie, nous servent, à l'exemple du vôtre, à faire encore plus parfaitement la volonté de Dieu : pour notre salut et celui du monde entier.

jeudi 10 juillet 2008

C’est la fête chez les Coops de Barlieu !

Le Centre de Barlieu, avec Renée, a invité les centres d’Ile de France à une rencontre amicale avec deux point forts : une intervention de Jean-Noël et la promesse de Chantal.

La première partie s’est déroulée aux « Patineaux » (maison diocésaine située au milieu des bois). Il a fait si beau que nous nous sommes installés dans le parc, sous les grands arbres, pour écouter Jean-Noël qu’accompagnait le chant des oiseaux … c’était divin !

Le thème : « Comprendre et discerner la volonté de Dieu ».

Jean-Noël nous rappelle que Dieu a sur nous une attente, une espérance et qu’il nous appartient d’y répondre par oui ou par non. Ce doit être notre réponse d’amour à une demande d’amour de Dieu qui nous apportera la paix intérieure.

Pour nous aider dans ce discernement, les Ignaciens, les Jésuites proposent des temps de retraites accompagnées.

Dans les grandes lignes : tout ce qui vient de Dieu unifie notre vie, est constructif, nous remplit d’une lumière qui nous permet d’y voir plus clair et nous ouvre à la vie et aux autres. Cela ne se fait pas sans combat intérieur, c’est là que l’accompagnateur peut nous aider à nous mettre en présence de Dieu.

Chez les Jésuites, celui qui cherche pose toutes les possibilités dans la paix (ils appellent cette étape l’indifférence), puis il y a le temps du choix, puis la contemplation des scènes d’Evangile pour se familiariser avec le Christ et sa Parole. C’est un travail de l’émotion : désolation/consolation, attachement/détachement, puis clarification.

Saint François de Sales propose un chemin de sainteté pour tous. Pour ce travail de compréhension et de discernement, il préconise de se mettre à l’écart, comme Jésus, pour mieux découvrir la bonté de Dieu, notre faiblesse, nos limites et notre conversion, tout ceci avec un accompagnateur qui nous aide à faire la place à Dieu dans nos vies.

Voilà les grandes lignes retenues, à méditer …

La soirée s’est terminée par une messe bien recueillie, entre nous, le dîner et une soirée jeux-détente, avec le mot du soir de Chantal sur l’homme qui se plaignait de ne rien recevoir de Dieu. Il reçoit la proposition suivante : me donnerais-tu tes yeux contre une grosse somme d’argent ? non, bien sûr ! Me donnerais-tu tes mains pour la même somme ? non, bien sûr ! et d’autres parties de ton corps ? non, bien sûr !

Alors, tu vois, Dieu t’a donné l’essentiel pour ton bonheur, sache t’en servir.

Et le second « mot du soir » : Dieu est amour !

Dimanche matin : messe à l’église de Barlieu où Chantal va faire sa promesse : moment très émouvant. Chantal nous parle de son chemin jalonné de petits cailloux blancs semés par toutes les personnes qu’elle a rencontrées et qui ont été déterminantes pour en arriver à ce jour.

Une messe à la salésienne, simple, à la fois recueillie et joyeuse. L’homélie de Jean-Noël n’oubliant pas le message de Don Bosco, devant l’assemblée des enfants et des adultes, très attentifs. Entente parfaite entre Marie-Claude qui anime la messe et ces dames de la chorale de Barlieu toute heureuses de cette communion amicale.

Sans oublier, à la fin de la messe, l’histoire du parapluie jaune du Père Job, lue et mimée, qui a amusé et impressionné les enfants. Pour une fois, on ne leur demandait pas d’être acteurs pour les grands, mais ils étaient spectateurs, les adultes aussi pouvant de temps en temps montrer l’exemple !

Tout le monde s’est quitté dans une ambiance de fête et de joie.

Nous avons déjà tous vécu ces moments et nous savons qu’aucune parole ne peut transcrire ces émotions, simplement rappeler qu’elles continuent de se vivre un peu partout lorsque la Famille salésienne est là.

Puis déjeuner dans une auberge du coin où nous avons pu applaudir les 60 ans de mariage d’un couple qui avait réuni autour de lui ses enfants, petits-enfants, arrières petits-enfants, un peu bruyants mais bien sympathiques.

Un très grand merci à tous pour ces moments qui nous font entrevoir des instants de paradis ….

Liliane Kéverlet

Langrume 2008

Depuis 1996, le centre de Caen des Salésiens Coopérateurs organise un week-end annuel régional de Formation et de Convivialité regroupant les Salésiens Coopérateurs et leurs familles. Il est aussi ouvert aux autres membres de la Famille Salésienne.

Nous nous retrouvions jusqu’à maintenant à Langrune-sur-mer, bénéficiant de l’accueil salésien de Gabriel, du charme pitoresque du centre de vacances « La Mounière », de la proximité de la mer.

Les 17 et 18 mai 2008, « Langrune 2008 » s’est tenu à l’Institut Lemonnier à Caen , « La Mounière » n’étant plus disponible.

Plus de 30 Salésiens, de 4 à 90 ans, regroupant les différentes branches de la Famille Salésienne se sont retrouvés en ce 3ème week-end de mai.

«SE DIRE DIEU EN FAMILLE » était le thème et le fil rouge de ce week end. Nous avions invité René Dassy (SC de Belgique) à travailler avec nous sur ce sujet.

Samedi matin, après un temps d’accueil (notamment un p’tit café pour nos amis bretons partis bien tôt le matin) puis de prière, notre conférencier nous a présenté la 1ère conférence : « Vivre sa foi au quotidien, en famille ».

Deux messages nous ont été transmis puis développés :

  • Message de confiance en nous
    Chaque chrétien, chaque parent, porte en soi la capacité de transmettre la foi : il ne s’agit pas d’une affaire réservée aux théologiens et aux gens dont c’est le métier.

« Béni sois-tu, Père, d’avoir révélé tout ceci aux petits et aux humbles, et de l’avoir caché aux riches et aux puissants »

  • Message de grande liberté
    La foi ne se transmet pas comme un paquet bien ficelé, bourré de principes, de dogmes à connaître et de comportements identiques à respecter. La foi passe dans un dialogue de cœur à coeur, de personne à Personne, et il y a de nombreuses façons légitimes d’être croyant et de vivre de sa foi.

« Il y a de nombreuses places dans la maison de mon Père »

Des carrefours ont succédé à cet exposé.

Samedi après midi, à la suite de la visite de l’Abbaye aux Dames et du Conseil Général (magifique !), la 2ème conférence s’est déroulée sur le thème : « Vivre sa foi en famille, une approche salésienne ».

Deux derniers messages ont été donnés puis développés :

  • Le charisme salésien opère aussi dans les familles.
    Il y a une façon salésienne de vivre les relations familiales. La spiritualité et la pédagogie salésiennes ont produit un savoir-faire éducatif qui « marche » aussi dans les relations familiales. Les parents peuvent se reconnaître dans la démarche salésienne de faire de leurs enfants « d’honnêtes citoyens et de bons chrétiens », en conjuguant « affection, raison et religion ».
  • De quelle manière ? Quelques pistes concrètes et des outils.
    Comment vivre sa foi au quotidien, de manière s
    ignificative et sans préchi-précha ?
    Quelles attitudes adopter ? De quelles occasions profiter ? Quels rituels profanes ou religieux à mettre en place ? Comment se faire aider ?
    Tout en sachant qu’il n’y a pas de recette miracl
    e puisque toutes les familles sont différentes.

Samedi soir, les enfants, aidé de « Yaya » la clown, nous ont présenté leur spectacle « MOSAÏQUE » : une version normande de la citation de Don Bosco « J’ai fait le brouillon, vous y mettrez les couleurs ».

Sous forme de 7 tableaux, les enfants ont apporté au peintre « Toinou » les couleurs nécessaires à la mise en relief de cette fresque (jaune, rouge, bleu, …).

Danseurs, lecteurs, chanteurs, comédiens, clowns ont brillé par leurs talents d’artiste !

Le Père C Martin a clôturé ce samedi par notre traditionnel mot du soir.

Dimanche matin, à la suite des réactions autour des 2 conférences, nos enfants nous ont donné leurs sentiments sur le thème du week-end.

Une table ronde animée par Renée Dassy et Jean-François Connan a permis aux enfants (4 à 17 ans) de s’exprimer sur leur vécu de la religion.

Les échanges ont débuté par des mots qu’ils ont citées et qui caractérisent pour eux la religion : Lumière, Incompréhension, Joie, Doute, Amour, Mystère, Paix, Croire, Eucharistie, Confiance, Foi, Bougie.

Nous avons terminé notre matinée par une Eucharistie enrichie de la Promesse de Salésienne Coopératrice de Pierrette Bourblanc appartenant au centre de Lanvallay et reçue par Christine Meaux : Un beau témoignage, belle conclusion pour ce « Langrune 2008 » !

Un grand merci à

- René Dassy pour sa disponibilité et la qualité de ses interventions

- Renée Dassy pour sa présence discrète mais efficace dans l’animation

- Mélanie, notre animatrice enfants accompagnée de sa sœur Julianna pour sa disponibilité, son dynamisme et la qualité de ses animations appréciées des enfants

- Aux enfants qui nous ont remplis de joie par leur spectacle du samedi soir et à « Yaya » la clown peut revenir quand elle veut, elle sera toujours la bienvenue !

- A la Famille Salésienne dans son ensemble pour sa joie et sa bonne humeur, sa participation active à la réussite de ce week-end festif et studieux !

A bientôt !

Jean-François Connan

René DASSY














"Yaya" la clown

Pierrette BOURBLANC

La troupe Festi Langrume 2008

mardi 8 juillet 2008

Opération "Bol de soupe" pour l'Afrique à Binson.


Depuis une quinzaine d’années, la petite Commune de Villers sous Châtillon, située à quelques Kilomètres d’Epernay et …… du Prieuré de BINSON, prend des allures féeriques et brille de mille feux grâce aux efforts conjoints de la municipalité et de ses habitants.

En effet, pas un arbre, pas une maison qui ne soit pas illuminé ou mis en valeur par des milliers et des milliers de petites lumières ou par des crèches réalisées avec beaucoup de goût.

Ce « lumineux spectacle » attire des milliers de visiteurs qui chaque soir, pendant trois semaines à partir de la mi Décembre, viennent vivre rêve et émerveillement.

Les salésiens Coopérateurs de Binson, dont un membre, Brigitte Tournant, habite Villers ont déjà eu l’occasion d’inviter les centres de coopérateurs d’Ile de France à découvrir ce village « petite Merveille de la MARNE » mais aussi la magnifique crèche animée réalisée par Brigitte et qui fait la joie des visiteurs et surtout des enfants.

Depuis maintenant quatre ans, les Salésiens Coopérateurs de Binson profitent de cette occasion pour se faire connaître en réalisant une soupe maison qu’il vendent au bol ( 1 Euro le Bol ) durant deux soirées au profit d’Associations oeuvrant en ou pour l’Afrique.

C’est ainsi que pendant 3 années, ils ont fait don des sommes produites par la « soupe » à un dispensaire en Mauritanie ainsi qu’à l’association ASETA

(Association pour le Soutien des Etablissements d’Enseignement Technique en Afrique). Cette année, c’est au profit des Oeuvres Salésiennes en Afrique et en particulier de la Communauté FMA de Cotonou an Bénin qu’ils ont fait don du produit de la Soupe-Maison.

Et rendez vous à Villers sous Châtillon, fin 2008, pour déguster la soupe de BINSON .

Spectacle Témoins de tous les temps : Poitiers 1er Mars 2008


« Témoins de tous les temps»

Veillée-spectacle du 1er mars 2008 à St Paul

Etre interpellé à la suite d’un congrès de la famille salésienne telle fut l’origine du spectacle.

Notre tradition Salésienne de la fête et de la joie, et la présence dans le groupe de quelques jeunes acteurs ont donné l’idée de témoigner par la scène.

Alors, au retour du 1er congrès de la famille salésienne, naît dans l’esprit de Bénédicte, animatrice de l’aumônerie de l’enseignement public de Poitiers Est et Denis, tous deux salésiens coopérateurs, une veillée- spectacle. Un spectacle où les décors, la musique, et la technique seraient tenus par des jeunes tandis que d’autres jeunes acteurs seraient rejoints par des parents, des amis, et certains coopérateurs pour soutenir l’organisation et la mise en œuvre.

D’octobre jusqu’au spectacle du 1er mars, les jeunes créeront les décors par le collage de milliers de petits morceaux de papier pour fabriquer le grand livre de l’histoire des témoins : Abraham, Moïse, Jésus, Saint-Paul, Saint-Martin, Saint-Hilaire, Don Bosco…

Pendant la réalisation du livre, les musiciens, saxo, flûte, violon, guitare… se préparent , pour faire chanter le public entre les différentes scènes, ils accueillent avec joie les voix des 6ème .

La mise en scène et les répétitions mobilisent les acteurs, collégiens de la 5ème à la 3ème tous les vendredis soir afin de s’accorder et de rendre le spectacle vivant.

Trouver les équipements techniques : lumière, son, image mobilise les techniciens, lycéens anciens collégiens ayant participés à l’édition 2007. Jérémy, Guillaume, Pierre-Julien, Clément… sont heureux de se retrouver pour témoigner de leur engagement de chrétiens devant les copains qu’ils ont invités.

Arrive le jour J. Dès le samedi matin, les jeunes, les adultes se retrouvent à l’église Saint-Paul à Poitiers pour transformer l’édifice en salle de spectacle. Le cœur devient la scène et la sacristie les loges. Philippe, salésien coopérateur , coordonne et fait répéter les musiciens.

20h45 :Pauline en 4ème, présente le spectacle suivi du chant « Dieu a besoin de tes mains », animée par Emmanuelle et Cécile maman et animatrice. Anaïs appelle Florian et Eléonore, « si vous n’entendez pas quand je vous appelle, vous n’êtes pas prêts d’entendre Dieu ! » et les scènes s’enchaînent : Abraham arrive avec ses moutons…éclats de rire des spectateurs ; le chant « Nous sommes tous appelés » permet de faire la transition avec Moïse qui doit faire sortir son peuple d’Égypte, et interpellé par Florian : « vous avez accepté ?… »

La lumière permet, par des ombres chinoises, de faire parler Jésus qui appelle ses apôtres. Rois des Rois… Alléluia !

Saint-Paul interprété par Charles-Antoine arrive avec énergie sur la scène : « …Je terrorisais les Chrétiens quand Dieu m’a aveuglé pendant trois jours.. » . Saint-Hilaire ordonne Saint-Martin évêque, et il repart sur son cheval.. Enfin, plus calmement, Don Bosco par le songe des 9 ans apparaît à l’écran raconté par les jeunes sur des images extraites de la BD et monté dans un diaporama informatique.

Pendant toute la préparation du spectacle, les animateurs ont posé la question aux jeunes et aux moins jeunes : « Et toi comment es-tu témoin ? » Pour y répondre, un garçon et une fille du groupe proclament les réponses sur les photos des acteurs projetées au mur.

Pour finir le spectacle, le Père Noël CALVARIN prononce le mot du soir : « l’important c’est de mettre les grosses pierres en premier dans notre vie ! »

Le spectacle est fini et les spectateurs veulent continuer de chanter avec nous. Peut-être sommes- nous devenus témoins !

Les acteurs sont surpris eux-mêmes de leur prestation et tous de dire : « Nous avons passé un bon moment et nous recommençons l’an prochain ».

Le plus impressionnant c’est la présence de copains des jeunes présents sur le spectacle, qui viennent spontanément dire : « ce que vous faites c’est bien ! »

Le spectacle Témoins de tous les temps utilise des extraits de : « A vous de jouer ! » d’Anne Marbeau aux éditions . Salvator

Comment est né le projet :

faire une autre catéchèse à partir de la 5ème et durant les années collèges.

A la suite du premier congrès de la famille salésienne à Lourdes en 2005

Comment s’est monté l’histoire :

Lors de ce retour, en écoutant le chant sois témoins diffusé à la suite du FRAT 2005, le mot témoin nous a semblé être suffisamment porteur pour servir de base au spectacle.

Changement entre 2007 et 2008

Les acteurs de 2007 sont tous revenus et les nouveaux 5ème et quelques 4ème se sont intégrés au projet.

Une scène supplémentaire de témoins poitevin a été intégré entre Saint-Paul et Don Bosco : St Hilaire et St Martin.

Des moyens technique ont été ajouté : vidéo pendant les scènes, pont d’éclairage permettant une meilleure diffusion des ombres chinoises

Quelques jeunes ne souhaitant pas être sur scène ont monter une chorale.

Quels enjeux pour les jeunes et les adultes :

Permettre à des jeunes et des adultes de vivre ensemble un projet d’ordre catéchétique

Donner à chacun la place qu’il souhaite, musicien, acteur, chanteur, et technicien pour les lycéens ( anciens collégiens souhaitant continuer à vivre le projet)

Se donner les moyens pour diffuser la bonne nouvelle sous d’autre forme nous a permis d’aller à RADIO ACCORD pour présenter le travail, d’accueillir des journalistes du COURRIER FRANÇAIS durant une répétition.

Difficultés et joies vécues durant la préparation et durant la veillée :

Arriver à rassembler tous les acteurs et animateurs pour répéter relève de l’exploit, pas une répétition durant les vendredi soir avec tout le monde, mais tout le monde présent à la répétition générale du 1er mars

Trouver les déguisements, le matériel, les moyens de monter ce spectacle s’apparente à un acte de foi : exemple le jeu de lumière non livré à la location, acheté sur les conseils d’un papa à « EASY CASH » l’après midi du spectacle !

La très grande joie d’avoir le lycée de POUILLE qui nous prête son matériel sono, et sans lequel le spectacle ne pourrait pas avoir lieu

La joie de voir des mamans et quelques jeunes s’engager dans la réalisation d’un livre géant représentant chaque témoin et fait de millions de petits bouts de papier collés en mosaïque

La difficulté de rester dans le timing de la journée de réalisation du spectacle et l’étonnement de voir le spectacle se dérouler sereinement

La joie tous les jeunes s’entendre pour réaliser un spectacle qui les étonnent eux même, malgré l’engagement que cela représente. La joie des adultes de voir des jeunes renfermé ou exubérants se révéler être de bons acteurs, le plaisir d’accueillir des adultes donnant leur temps le jour du spectacle pour aider à la bonne réalisation.

Une équipe coopérateur, présente pour soutenir, encourager , participer et permettre quelques décompression quand le besoin s’en fait sentir, merci à eux !

Conclusion :

Après la fatigue surmontée, le plaisir d’en parler, nous permet aujourd’hui de dire simplement que le spectacle répond à un besoin. Il s’agit de témoigner ensemble d’une façon de vivre l’Evangile de manière intergénérationnelle, de manière vivante. Le coté technique est aussi important que le coté scène, il permet d’intégrer, d’associer d’assimiler des différences.

Aujourd’hui nous pesons déjà à l’édition 2009 même si économiquement nous sommes très justes ( trop juste) pour rentrer dans nos fonds, merci aux généreux donateurs de faire le lien.