dimanche 24 mars 2013

Lanvallay, visite de soeur Chantal!



A l’occasion de la fête de Saint Jean Bosco à Lanvallay, la famille salésienne s’est retrouvée à le dimanche 27 janvier 2013 autour de  Sœur Chantal FERT, Provinciale des Salésiennes en visite pastorale à Lanvallay.

Une assemblée vivante, priante, nombreuse participa à la messe à 10h30, célébrée par le Père Carré de Dinan. Le Père Carré nous rappela que, comme Don Bosco, nous devions «être sculpteur» de notre vie personnelle, vie sociale et vie en Eglise.
 Voilà aussi ce que nous disait Soeur Chantal «.  Il  avait été aumônier dans un établissement scolaire et son homélie est empreinte de  toute la bienveillance qu’il porte aux jeunes. Il commence par nous raconter une histoire :    Il y avait un joli petit village caché par un immense rocher. Cela désolait les habitants !  Un sculpteur se propose de remédier à cela et demande qu’on installe une palissade tout autour du rocher pour lui permettre de créer en toute tranquillité. Le jour de l’inauguration arrive. La palissade est enlevée et voila qu’apparaît un magnifique cheval sculpté dans le roc ! Un petit enfant s’approche de l’artiste, tire son vêtement et lui dit : «Comment savais-tu que le cheval était dans le rocher ?».

Après la célébration, la famille salésienne s’est retrouvée pour partager le verre de l’amitié, entre paroissiens, amis et connaissances dans une convivialité apaisante.
Ensuite une vingtaine de personnes de la famille salésienne se sont retrouvées au presbytère pour partager le repas tiré du panier ; moment riche pour refaire connaissance et partager les informations sur la vie de la famille salésienne.
Enfin vers 14h30, ce fut la diffusion du DVD « La Corde raide» retraçant sous la forme de comédie musicale, la vie de Don Bosco ; magnifique prestation de jeunes des maisons salésiennes pour illustrer l’amour de Don Bosco pour les jeunes, belle conclusion pour cette journée riche en échanges, en rencontres et moments joyeux et paisibles à l’image du message salésien.
 Marie-Madeleine et Claude Vassoille




Aucun commentaire: